Grippe et coronavirus

grippe coronavirus

 

C’est l’approche de l’hiver, la grippe arrive !

La prévention a fonctionné pour ma part pendant des années, en prévention de la grippe et des infections virales de ce genre, avec la vitamine C et l’échinacée. C’est tout et en 48 ans, j’ai eu deux ou trois hivers avec une grippe, cloué au lit. J’avais manqué les bases de la prévention antivirale. Mais l’immunité varie selon les individus et ce qui fonctionne pour l’un peut ne pas avoir d’effets probants pour d’autres.

On parle de la COVID-19 et du SRAS COVID-2, en ce mois de décembre 2020, de ces variantes virales qui gagnent du terrain cet hiver, pendant que la grippe semble être relayée au second plan. Dans tous les cas, il s’agit d’infections virales, et notre immunité, si elle est mauvaise, va nous mettre à rude épreuve avec ces infections. Il faut stimuler les défenses immunitaires et détruire l’infection virale, l’atténuer avant qu’elle ait prise sur nous. Il faut bien prendre soin de ses intestins où le système immunitaire se développe (60 %) à ce niveau. Bien s’hydrater et avoir une alimentation saine. Les variations saisonnières sont propices aux atteintes virales, telles les conditions de faible humidité favorables à la survie et à la propagation des virus dans l’air.

On pourra le répéter, 80 % des Français ont une insuffisance en vitamine D. Cette vitamine D permet la fabrication d’antibiotiques naturels appelés AMP (ce sont des peptides antimicrobiens). La vitamine D est indispensable pour que les globules blancs se multiplient et se différencient de façon efficace. D’ailleurs, les études tendent à soutenir l’usage d’une supplémentation en vitamine D minimale de 2000 UI/j, ce qui peut améliorer notre système immunitaire et réduit les infections hivernales. Une étude sur des écoliers japonais (non vaccinés contre la grippe) ayant reçu soit 1200 UI/j de vitamine D, soit 200 UI/j durant l’hiver a montré une réduction de 64 % de l’incidence de la grippe dans le groupe avec une forte supplémentation. Un déficit en vitamine D a également été détecté chez les malades de la COVID-19, par une équipe italienne de chercheurs. Les symptômes entre les deux souches virales peuvent être assez proches, ce sont les symptômes de la grippe en fait, douleurs, fatigues, maux de têtes. Cependant, l’infection au coronavirus ne peut plus être considérée comme une simple grippe, ce que les spécialistes avaient un moment considéré. Ce syndrome respiratoire sévère très contagieux, et estimé 2 à 3 fois plus mortel que la grippe saisonnière et nous réserve encore des surprises.

On ne parlera pas des vaccins qui, utilisés contre la grippe ou le coronavirus, ne sont pas sans danger, ou ne fonctionnent que très partiellement. Par contre, ces vaccins rapportent de l’argent à l’industrie pharmaceutique et la crise du COVID illustre ce fait ; les actions boursières sont à la hausse alors qu’une course aux vaccins se déroule en des temps records.

vitamine C nutrition

La vitamine C favorise la fabrication de lymphocytes T contre un grand nombre d'agents pathogènes.

Je recommande 500 mg de vitamine C naturelle le matin le midi et soir, après le repas, l’idée est de maintenir dans le sang une concentration optimale de vitamine C. C’est le double Prix Nobel, Dr. Linus Pauling, un chimiste qui a montré aux médecins que la vitamine C réduit les effets et la durée de l’état grippal, il y a plus de 30 ans. L’histoire est fameuse, et je recommande le livre du bon Linus Pauling sur la vitamine C, La vitamine C contre le rhume.

L’échinacée a une efficacité confirmée par les études cliniques pour l’utilisation à court terme et le traitement des infections aigües du système respiratoire supérieur chez l’adulte et l’adolescent. En effet, une étude de 2015 randomisée en double-aveugle, a cherché à comparer l’efficacité de l’échinacée à celle d’un médicament antiviral, l’oseltamivir (Tamiflu). En phase précoce, la plante était aussi efficace que le médicament. Il faut l'utiliser dès les premiers symptômes telles les courbatures, des picotements ou douleurs dans la gorge. Prendre une cuillère à café d’extrait, ou teinture liquide toutes les 2 à 3 heures pendant les premiers jours. Avec la vitamine C, c’est vraiment efficace.

Le thym, dès la saison froide, est une plante dont on doit recommander la consommation. Intéressante en tisane, elle dégage les poumons et le système respiratoire, recommandée en cas de fatigue, si vous subissez des maux respiratoires comme le rhume, le mal de gorge, la grippe, la bronchite, elle est antivirale et on peut utiliser son huile essentielle plus puissante, mais avec quelques précautions.

En résumé :

Echninacée dès les premiers symptômes teinture mère (Echinacea spp) antiseptique anti-inflammatoire.
Vitamines C 500 mg x 3 par jour.
Gélules d’eucalyptus, thym ou pastilles (maux de gorge et bronchites) ou teinture mère 1/2 cuillerée dans eau tiède. Selon une étude publiée dans BMC Immunology, l’extrait d’huile d’eucalyptus contribuerait à la réponse immunitaire innée, et en cas de grippe, on applique des gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus globulus directement sur le thorax et le cou, en massage, 3 à 4 fois par jour.

echinacea nutrition

Echinacea purpurea

 

  • Un probiotique pour stimuler les défenses immunitaires au niveau des intestins peut être envisagé.
  • Cannelle (anti-parasitaire et il protège l’épithélium intestinal) en poudre dans une boisson. Anti-rhume. (Cinnamomum verum).
  • Jus de citron (Citrus limon) source de vitamine C, alcalinisant, anti-infectieux.
  • Basilic sacré (Occimum sanctum) : contre les troubles respiratoires en décoctions et tisanes pour faire baisser la fièvre. Anti-inflammatoire. La plante aide à lutter contre le stress, antispasmodique.
  • Sureau noir (Sambuscus nigra) : sommités fleuries en infusion (relaxante, contre la toux, rhinite, 3 tasses par jour), les baies sont riches en vitamine C et légèrement laxatives comme la vitamine C à forte dose.
  • Le curcuma comme anti-inflammatoire.

Une récente étude de Goetz K. et al. publiée dans Evid Based Complement Alternat Med. de janvier 2020, montre que des bains de pieds avec pour ingrédient un peu de graines de moutarde aurait pour effet d’élever la température corporelle, on note aussi celui de renforcer les défenses immunitaires. Les chercheurs ont invité des personnes souffrant de rhume ou de grippe à prendre tous les jours un bain de pieds chauds (40 °C) pendant 7 minutes. Le bain était additionné de 3 cuillères à soupe de graines de moutarde noire réduites en poudre. Après une durée de 6 jours, les participants étaient moins frileux et ressentaient plus de confort que les personnes qui n’avaient pas fait de bain de pieds. Les propriétés réchauffantes et décongestionnantes des graines de moutarde pourraient expliquer ces observations récentes. En effet, ces dernières contiennent de la sinigrine, une substance aux propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, antibactériennes et antifongiques. Ces recherches relancent un intérêt pour les bains thérapeutiques, popularisés par le phytothérapeute Maurice Mességué (et ses nombreux procès avec les Ordres des médecins). ll aura contribué à vulgariser l'utilisation des plantes médicinales auprès du grand public dans les années 1970, avec un ouvrage en particulier, Des hommes et des plantes, traduit en 27 langues, que j’ai beaucoup aimé lire.

HUILES ESSENTIELLES

Les terpènes des huiles essentielles, notamment, sont des principes aromatiques très puissants. Ils inhibent la formation de nouveaux virions et leur synthèse protéique, ce qui freine leur réplication. Parmi les huiles essentielles les plus efficaces, on va trouver celles contenant du 1-8 cinéole (appelé aussi eucalyptol) ; ce principe actif aromatique a montré une activité antivirale dans plusieurs études. Ainsi, les huiles essentielles d’eucalyptus radié et globuleux, de ravintsara, de romarin à cinéole et de laurier noble sont à indiquer en cas d’infections virales.

En résumé :

Huiles essentielles antivirales : thym, niaouli, ravintsara, eucalyptus globulus en massages, tisanes et inhalation par aromathérapie.

PHYTOTHERAPIE

Astragale (Astragalus membranaceus, Astragalus mongholicus) : effet immunostimulant, avec activation des lymphocytes et des macrophages.
Plusieurs composants de l’astragale ont montré une action de la racine sur le renforcement du système immunitaire et de son activité. Ces constituants de l’astragale ont des propriétés antioxydantes et bénéfiques contre le vieillissement. L’astragale est particulièrement utilisé chez les personnes âgées.
Griffe de chat (Uncaria Tomentosa, Uncaria Guianensis): une plante d’Amérique du Sud qui renforce le système immunitaire en stimulant les macrophages et combat les infections (4 à 5 gélules par jour). La plante contient de nombreuses substances dont des alcaloïdes oxindoliques comme l’isorhyncophylline, la rhyncophyllinedes alcaloïdes indoliques comme la dihydrocorynantheine, l’hirsutine et l’hirsutéine, des gluco-alcaloïdes comme la 3,4-dehydro-5-carboxystrictosidine et la lyaloside. Selon les espèces, la griffe de chat peut aussi contenir, des triterpènes, des acides glycosides, des stérols comme le bêta-sitostérol, le stigmastérol et le campestérol et des polyphénols tels que l’épicatéchine et des procyanidines.

Bref, quelle pharmacie ! Tout un cocktail de puissantes molécules agissant de manière synergique, globale, pour renforcer notre immunité, en une plante, et sans les effets secondaires de puissants médicaments. Puissants aussi par les effets secondaires...


GEMNOTHERAPIE

Cassis (Ribes nigra) : adaptogène contre les allergies, en post-infection, action contre l’inflammation articulaire.
Aulne glutineux (Alnus glutinous) : antibiotique végétal, un booster des défenses immunitaires, ORL, rhinite, bronchite, rhino-pharyngite.
Noyer (Juglans regia) : détoxifiant, il améliore l’immunité au niveau digestif, anti-mucus, il aide à la restauration intestinale.

 

David Ruffieux

 


Article précédent Article suivant