Bienvenue dans votre espace bien-être
Bienvenue dans votre espace bien-être
Panier 0

Gras animal vs.gras végétal: qui gagne?

Les graisses végétales sont plus saines que les graisses animales, selon une étude.

Graisses saturées

 

Cette dernière recherche offre une règle simple: les sources de graisses végétales semblent être mieux pour vous que les sources animales, au moins quand il s'agit de gras monoinsaturés.
 
La recherche, présentée lors d'une conférence de l'American Heart Association à La Nouvelle Orléans, a montré que les graisses mono-insaturées à base de plantes - comme celles des huiles végétales, des avocats, des noix et des graines - sont associées à un risque moindre de maladies cardiaques, et d’autres maladies. Les graisses mono-insaturées à base animale - comme celles de la viande, des produits laitiers et des œufs - sont associées à un risque plus élevé, selon la recherche.
 
Le principle clef, c’est que cette différence entre les graisses végétales et les graisses animales est probablement due aux autres éléments nutritifs présents dans ces aliments. En effet, les sources végétales de graisses monoinsaturées sont généralement riches en vitamines, en polyphénols et en acides gras polyinsaturés - des graisses à chaîne plus longue dont on sait qu'elles sont saines pour le cœur.
 
D'autre part, les sources de graisses animales ont tendance à contenir beaucoup de gras saturés et de cholestérol, ce qui peut contribuer aux maladies cardiaques, par des mécanismes probablement inflammatoires en lien avec un syndrome métabolique.
 
Pourtant certains spécialistes disent que le lien entre le gras saturé (lequel animal ou végétal?? et oui cela se complique, car toutes les graisses saturées ne se valent pas) et les maladies cardiaques n’est pas causatif.
 
Voici pour nous une manière d’y voir clair:
 
1. La consommation accrue d'acides gras saturés augmente le taux plasmatique de cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL-C), qui est causalement lié à l'athérosclérose et à l'augmentation du risque de maladie coronarienne. Tout le monde semble être d’accord avec cela. En général, cholestérol et graisses saturées sont consommés en même temps (lait, fromages, viandes). L’un fait augmenter l’autre.
 
2. Là c’est intéressant. Le remplacement de la plupart des acides gras saturés dans l'alimentation par des acides gras POLY insaturés sous forme d'huile végétale (acide linoléique) entraîne une réduction marquée du LDL-C, TC, et du ratio TC / cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL-C) et des triglycérides (TG). En revanche, l'utilisation des glucides comme principale source de calories quotidiennes abaisse à la fois le LDL-C et le HDL-C sans affecter le rapport TC / HDL-C, tout en augmentant significativement le taux de TG à jeun.
 
3. Jakobsen et ses collaborateurs ont démontré que le remplacement de l'équivalent de 5% des besoins énergétiques quotidiens provenant des graisses saturées avec des acides gras polyinsaturés entraîne une réduction significative des décès liés aux maladies coronariennes. En revanche, un régime riche en glucides et faible en gras peut augmenter le risque de maladie coronarienne.
 
4. Ces études ont démontré que le remplacement de la majorité des acides gras saturés (animal très certainement) dans l'alimentation par des acides POLY insaturés (végétal très certainement) diminue considérablement le risque de maladie coronarienne. Cet effet était particulièrement évident dans le cas d'une coronaropathie grave.
 
5. Juste pour ne pas oublier que l'hypertension est un facteur de risque indépendant et bien établi qui rend l’ensemble du problème métabolique plus complexe encore.
 
CONCLUSION: (pour ce qui nous concerne) Certaines graisses alimentaires d’origine ANIMALE, et celles produites par les transformations du sucrose dans le foie, déclenchent ensuite une réponse immunitaire inflammatoire, une résistance à l’insuline, et augmentent le stress oxydatif, favorisant ainsi l'oxydation du LDL-C (ox-LDL-C), une étape cruciale dans l'athérogenèse...
 
Donc ces sources de graisses restent un problème pour avoir un coeur net! Si vous entendez des gens vous dire que les graisses saturées des produits d'origine animale sont bonnes...Pas si vite, car l'affaire est plus compliquée. D'autres recherches mettent en évidence le pouvoir inflammatoire des graisses saturées par l'intermédiaire de récepteurs cellulaires entrainant une cascade d'évènements comme la mort programmée cellulaire, la modification de la composition des membranes et de l'action de l'insuline...Et la résistance à l'insuline est au centre de nos préoccupations.
 
De plus, le sucre raffiné, ces carbohydrates à fort index glycémique viennent perturber davantage ce modèle métabolique, oxydatif et inflammatoire. D’ailleurs les individus qui consomment des graisses d’origine animale sont généralement les mêmes qui consomment de mauvais sucres, ce qui conduirait à l’explosion d’obésité dans le monde.
 
Toute cette cogitation sur les graisses et les sucres n’exclue pas d’autres mécanismes causatifs comme les productions d’oxyde de triméthylamine inflammatoire par le microbiote (TMAO), à partir de la choline, le rôle des protéines animales, et d’autres mécanismes encore complètement inconnus à ce jour...Bref, la confusion actuelle dans l’opinion savante sur les causes de l’athérosclérose est la meilleure preuve qu’un mécanisme est rarement la seule cause d’une maladie chronIque. Ce qui rend les analyses des meilleures études nutritionnelles éminemment compliquées, quand la recherche se focalise sur un élément. L’aliment vient dans notre alimentation comme un ensemble (PACKAGE) de nutriments et de molécules bioactives, dont la force vaut plus que la somme de ses éléments pris séparément.
 
Ce qu’on sait, c’est qu’un régime complet à base de végétaux est bénéfique pour la santé cardiovasculaire. Nous n’avons pas besoin de tout comprendre sa biologie cellulaire et moléculaire avant d’agir. Nous savons qu'il est possible de faire régresser l'athérosclérose en adoptant ce type de changement alimentaire.

Article précédent Article suivant