Bienvenue dans votre espace bien-être
Bienvenue dans votre espace bien-être
Panier 0

Eczéma: que faire naturellement?

eczéma micronutrition

L'eczéma est une maladie très courante de la peau d'origine allergique, aiguë ou chronique. Des zones rouges surmontées de vésicules apparaissent provoquant d'intenses démangeaisons. La classification de l’eczéma aigu est liée le plus souvent à une intolérance vis-à-vis des substances irritantes. Les facteurs d'ordre psychologiques (stress), les modifications extérieures de température et d'humidité, les infections bactériennes et le contact avec des vêtements de laine exacerbent les lésions cutanées. L’eczéma de contact est une réaction d'hypersensibilité retardée de type cellulaire contre un allergène externe provenant d’une longue liste de produits susceptibles d'être à l'origine de cet eczéma. Enfin, la dermatite atopique est une autre classification plus difficile à comprendre et dont l’origine est probablement liée à un terrain génétique favorisant la maladie, en présence d’une ou plusieurs substances. Il s’agit d’une maladie de la peau qui évolue de manière chronique ou par poussées récidivantes. Certaines personnes ont un terrain génétiquement prédisposé, dit atopique, qui se traduit par un taux élevé dans leur sérum d’immunoglobulines de type E (IgE).

microbiote
Quelle est le ou les facteurs déclencheurs probables de cet eczéma atopique ?
De nombreux troubles chroniques sont de plus en plus en associés à des altérations de la muqueuse intestinale.
Chez certains individus, cette muqueuse est fragilisée par le mode de vie et un microbiote défectueux entraînant le passage de molécules indésirables. Celles-ci provoquent un processus inflammatoire impliqué dans des maladies aussi diverses que l’asthme, l’eczéma, les rhinites, les maladies digestives ou les douleurs articulaires. Par exemple, certains individus font de l’eczéma atopique quand ils sont enfants et puis deviennent asthmatiques à l’âge adulte. Ces molécules agissent comme des allergènes qui vont provoquer une réponse immunitaire exagérée et des symptômes tels les boutons, rougeurs sur la peau, un prurit par exemple. L’intolérance au lactose, au gluten, à la caséine du lait de vache peut se manifester par des symptômes extra-digestifs comme l’eczéma. On retrouve ces substances dans de nombreux produits alimentaires transformés et aussi les médicaments, donc difficile pour les personnes sensibles d’y échapper. Les études montrent que des enfants nourris aux produits laitiers à base de lait de vache ont une perméabilité intestinale plus marquée, tandis que le lait maternel construit un meilleur terrain intestinal et un microbiote plus équilibré. On souligne l’importance de l’allaitement pour protéger l’enfant d’un risque plus élevé de diabète de type 1 et d’autres maladies auto-immunes.

Eczéma atopique et encrassage cellulaire
D’autre part, le passage des substances non désirables ou allergéniques à travers un intestin trop poreux génère des phénomènes d’encrassage cellulaire, des glycations et une intoxication favorisant un terrain favorable pour les maladies dites émergentes, telles Alzheimer, Parkinson, maladies auto-immunes, et le cancer qui font l’objet d’intenses recherches dans les laboratoires du monde entier, sans aucune cure à ce jour. Il faut donc détoxifier et éliminer ces toxines en profondeur, qui sont véhiculées par le sang et spécialement le système lymphatique, pour prévenir les troubles de santé. Ce sont des résidus ou des produits générés par notre métabolisme ou par notre système immunitaire. On retrouve certaines pathologies liées à ce genre de surcharges, comme une acné rebelle, l’eczéma, la cellulite, une fatigue chronique ou encore les allergies.

gluten

NUTRITION

Dans le cas d’un eczéma atopique, il faut identifier la cause alimentaire de la maladie et réparer le terrain intestinal. Il est conseillé de vérifier une intolérance au gluten, au lactose, ou à la caséine du lait de vache. Une alimentation végétalisée, riche en prébiotiques et en probiotiques, peut aider à rééquilibrer la sphère intestinale et limiter sa perméabilité.

PHYTOTHERAPIE

  • Piloselle (Hieracium pilosella) : plante dépurative, les flavonoïdes de la plante sont diurétiques, favorisant l'élimination de l'eau dans les tissus.
  • Orthosiphon (Orthosiphon stamineus) : plante drainante (thé de java). Riches en polyphénols, permet l'émilination rénale, action drainante des tissus.
  • Hamamelis (Hamamelis virginiana) : anti-eczéma. La plante possède une action veinotonique grâce à ses tanins et flavonoïdes qui augmentent la résistance des capillaires. Anti inflammatoire.
  • Bardane (Arctium lappa) : dépuratif détoxifiant, ses phénols permettent l'élimination des toxines dans les maladies de peau.
  • Teinture de calendula officinale, le souci des jardins: 30 gouttes 3 x par jour.
  • Teinture de pissenlit: élimination des toxines.

HUILES ESSENTIELLES

  • Huile essentielle de noix de muscade, diluée dans huile de bourrache. (Ou poudre plus huile pour faire une pâte) utilisée en Inde sur les plaies.
  • Huile essentielle de camomille matricaire, lavande vraie officinale et basilic commun dans une huile de bourrache. En massage sur les parties affectées.

Remarque : tester chaque huile essentielle individuellement si risque d’allergie (une goutte dans le creux du coude, voir si réaction cutanée).

  • Huile de bourrache et d'onagre riche en GLA renforcent les membranes cellulaires de la peau. À consommer une cuillère à soupe / jour. Des capsules existent.

Traitements et tests complémentaires

  • Gel d’aloé vera frais en cas de démangeaisons si besoin.
  • Une à deux cuillères à soupe de curcuma en poudre plus poudre de fenugrec ou de caroube, pour meilleure absorption, dilué dans une huile de colza ou avec des aliments. (Des gélules concentrées en curcumine existent mais chères). Une prise par jour pour un effet anti-inflammatoire général.
  • Onguent de feuille d’ortie.
  • Racine de salsepareille (Smilax svp) si problème de perméabilité intestinale.
  • Aussi, enlever gluten et laitages de l’alimentation, réduire sucreries, viennoiseries, sodas, et aliments transformés etc...Une nourriture la plus naturelle et complète possible, végétalisée, est la meilleure.
  • À vérifier, un déficit en zinc et la fonction thyroïde (TSH et T3).
  • A vérifier, une perméabilité intestinale, par la présence de zonuline et IgE, dosage des lipopolysaccharides sanguins en laboratoire spécialisé en micronutrition.
  • À vérifier, une inflammation chronique (CRP us).
  • À vérifier également un déficit en omégas 3, en utilisant un questionnaire alimentaire ou/et par le dosage des acides gras érythrocytaires en laboratoire spécialisé. Dans le cas de troubles sérieux, consultez votre médecin traitant.

David Ruffieux

 

 

 


Article précédent Article suivant